15/12/2006

Horrues - Le village en hiver

Horrues est situé à 5,5 km au nord-nord-ouest de Soignies, entre les chaussées d’Enghien et de Ghislenghien. Son nom viendrait soit du latin « Horrea » qui signifie dépôt de vivre, soit du nom d’une de ses habitantes du haut moyen-âge, Heltrudis (Halletrud, Haurut, etc…).
Comme Neufvilles, Horrues a bénéficié de la proximité de la chaussée romaine Bavay-Utrecht. Le château des seigneurs de l’Esclatière se trouvait au nord du village. Horrues fut cédé en 1198 par les comtes de Hainaut au chapitre de la collégiale de Soignies; possession qui perdura jusqu’en 1789.
Photo : Jean-Pol Grandmont.

Horrues en hiver.jpeg

Horrues - L’église Saint-Martin

La plus intéressante curiosité du village est son église du XIIè s. Perle de l’art roman, elle est classée depuis 1958. Le plan en est simple, comme souvent dans les églises romanes : Une tour en avant-corps, une triple nef sans transept et un chœur carré terminé comme a Steenkerque (tout proche, et dont l’église est aussi dédiée à Saint-Martin) par un chevet plat. La nef de 27 m de long sur 17 de large est éclairée par deux rangées de six fenêtres romanes.
L’église, très intéressante, se visite facilement puisqu’un dépliant explicatif est disponible sur place.

horrues-eglise

Horrues - La flèche de l’église

L’église, placée sur une butte, impressionne d’autant plus avec sa flèche dont la croix culmine à 48 m. Cette flèche est aisément reconnaissable avec sa forme pyramidale à quatre pans, coiffée d’un clocheton aveugle à huit pans. Avant le XIXè s., la tour était surmontée d’une flèche octogonale semblable à celle de l’église de Chaussée-Notre-Dame.
Chaque année, début Juillet, a lieu un cortège historique en l’honneur de Saint-Martin. Il retrace la vie de ce Saint du IVè s. qui un jour aux portes de la ville d’Amiens donna la moitié de son manteau à un pauvre.

Horrues - eglise

Horrues - Moulin du Moulinet

Ce moulin à eau placé sur la Gageolle, affluent de la Senne, en antérieur à 1703 au moins. Plus tard, il a été transformé et aggrandi. Le moulin compte trois niveaux, le 1er étage contient quatre meules, une trieuse et un blutoir. Sur la façade côté rue, on peut voir le millésime 1851, peut-être l’année d’une phase importante de la transformation du moulin. Malheureusement, à partir de 1946 le courant de la Gageole ne fut plus suffisant pour faire tourner la roue à aubes. Un moteur diesel prit la relève jusqu’en 1954, peut-être occasionnellement jusqu’en 1962. Les propriétaires actuels organisent des visites guidées du moulin.
A voir encore à Horrues : La place du jeu de balle et l’ancienne maison communale (1829), caractéristique de la période hollandaise. Sur cette place se dresse encore le pilori du Chapitre Royal de Soignies.

moulinet