09/03/2007

Thieusies - Le village

Thieusies se situe à 8 km au sud de Soignies. Le village est cité vers le IX ème s. sous le nom de Tiedeia. Il apparaît dans des documents de 1119 sous le nom de "Tielgies" ou "Tiosies". En 1186, on trouve "Tiusiez". Thieusies viendrait de "Theodisiacae terrae" ou "terres de Theodisc". Cette appellation vient vraisemblablement du nom du premier seigneur franc qui l’a occupée.

L’endroit était déjà habité au néolithique (on y a trouvé des outils comme des haches, des grattoirs, des burins, etc…)
Thieusies fut le siège de plusieurs seigneuries dont la principale appartint successivement aux familles de Thieusies, de Launais, d'Ardembourg et Marin. En 1605, Philippe le Beau engagea à Jean de Hoghes la partie de la terre de Thieusies qui lui appartenait. On y trouvait les seigneuries de la Saisinne, de la Roquette, de la Motte, le fief de la Buecq et les deux seigneuries de Sirieux appartenant à la maison du Roeulx et au chapitre de Nivelles.
Thieusies fut le théâtre d'une bataille importante le 14 août 1678: la bataille de Saint-Denis, un épisode des longues guerres entreprises par Louis XIV pour s'assurer les riches provinces des Pays-Bas espagnols.

Thieusies - le village

Thieusies - Ancienne maison communale

Sur la place du village, à côté de l’église Saint-Pierre (construite en 1781, sa tour seulement en 1857), se trouve l’ancienne maison communale qui date du XVIII è. La tour, avec le rare et remarquable clocheton qui la surmonte, a été érigée en 1844.

Partant de cette place, La rue de la Motte relie le village à la belle ferme de la Haute-Folie et à l'abbaye de Saint-Denis en Broqueroie. La "motte" est le vestige d'une tour médiévale telle qu'on en édifiait dans toute seigneurie sur une motte de terre comme assise. Une ferme y était installée mais fut détruite le 14 août 1678 lors de la meurtrière bataille de Saint-Denis. Les 800 soldats qui l'occupaient furent brûlés vifs dans l'incendie qui la ravagea. Une chapelle dédiée à saint Pierre, reconstruite en 1889 perpétue le souvenir du massacre.
L'eau fut installée à Thieusies vers 1900 par l'ancien bourgmestre Jules Hachez à qui on dédia le monument à l'eau située Place des Combattants. Pour les amateurs de bière, il existait autrefois sur la Place de Thieusies une brasserie Desquennes où l'on fabriquait la "Grisette de Thieusies".

Thieusies - maison communale

Thieusies - Ferme du Rotteleur

Une grande partie du village se trouve sur un petit plateau occupé de grandes étendues de terres agricoles et de pâturages, le village compte donc quelques belles fermes anciennes, seigneuriales ou abbatiales. Parmi elles, voici la grande ferme chaulée de rose connue sous le nom de "Ferme du Rotteleur" qui abrite un gîte (chambres d’hôtes et salle de banquets). Histoire de la ferme et renseignements pratiques sur leur site.
La partie du territoire à la limite de Casteau présente un relief plus accentué car il se trouve au bord de la vallée de l'Obrecheuil. C’est là, à la limite de Casteau, qu’un monticule, de gros murs et des restes de souterrains marquent l'emplacement de l'ancien château féodal de la Roquette.

Thieusies - Ferme rose

Thieusies - Ferme du château du Parc

Cette belle ferme peinte en jaune jouxte le château du Parc, grande construction du XVIII ème s. avec une longue façade en briques et une tour latérale carrée. Un parc agrémente l’arrière du château.
Le château est difficile à prendre en photo de par sa situation. Je vous renvoie donc au site soignies.com (cliquez sur "les villages" dans le sommaire puis sur "château Thieusies") pour des photos et une description détaillée.
Il y a un autre château à Thieusies, du côté de la rue des Clochettes : le château de la Roche, ou de la baille rouge. Il date de 1905 et est inséré dans un domaine boisé, à proximité d'un manège.

Thieusies - ferme du château

Thieusies - Chapelle Notre-Dame de Lourdes

En face du château du Parc, voici une charmante chapelle octogonale. Elle date de 1875. Voici ce qu’on en dit dans les pages consacrées aux chapelles sur le site soignies.com :
A l'angle de la route qui mène à la ferme de l'Hosté à Casteau, ce petit sanctuaire de plan octogonal dominé par un lanternon est d'inspiration romane, notamment par la porte en plein cintre accostée de colonnettes. Principalement élevée en briques, cette construction est toutefois animée d'arcatures et de chaînes horizontales en pierre blanche. Une pierre au-dessus de l'entrée est simplement gravée d'une invocation. L'intérieur, régulièrement entretenu et meublé de quelques chaises, abrite un autel, dont la partie supérieure est une grotte avec une statue de la Vierge.

Thieusies - Chapelle du château

14/02/2007

Naast - Place de Naast

Naast se situe à 4,5 km au sud-est de Soignies. Importante implantation romaine où beaucoup d’objets ont été découverts. Les plus anciennes formes du nom du village sont Nasta (1119) et Naast (1225). Au moyen-âge la seigneurie de Naast était très importante. Elle passa au comte de Hainaut en 1339. Elle fut ensuite la propriété de la famille d’Arenberg à partir de 1641.
A l’origine, Naast était un pays de sources (notamment celle de la Senne), de fontaines, d’étangs et de grands bois jusqu’au déboisement. Le village était autrefois le siège d’une industrie florissante de scierie. On y trouvait aussi des carrières de grès et des fabriques de lames de scies pour les carrières.

Naast_place

Naast - Eglise St-Martin

L’église Saint-Martin est une construction de la fin du XVIII è siècle qui allie la pierre bleue et la brique. L’édifice se caractérise par une grande unité de conception. Un agrandissement opéré au lendemain de la guerre 14-18 consistant à prolonger les deux nefs latérales de part et d’autre du cœur fut mené avec un tel souci d’intégration qu’il passe quasiment inaperçu. L’intérieur est presque un musée tant il y a de statues intéressantes à contempler.

Naast_eglise

Naast - Parc

Entre les rues St-Vincent et du Moulinet se trouve ce petit parc dont une des grilles est (mal) fermée par une chaîne. Ce qui n’empêche pas de s’y promener. Etrange…

Naast_parc

Naast - Chapelle N-D aux épines

Au milieu de ce paysage de plaine se trouve, à proximité de l’avenue du bois de sapins et au bout d’une longue allée arborée, l’étonnante chapelle Notre-Dame aux épines. Peinte en rouge, elle est entourée de 7 potales secondaires. L’ensemble est bordé d'aubépines: ce sont ces arbustes qui justifient l'origine de son nom. C'est un endroit agréable qui dégage une impression de paix.

Au chevet de la chapelle se dresse encore une potale plus ancienne (1766) dont la dédicace dédiée à la Sainte Vierge est encore visible. On raconte qu’elle a fut érigée par une dame très éprouvée par des chagrins de famille qui venait se recueillir là. Comme cette personne allait puiser des consolations auprès de la Madone établie en ce lieu, les habitants de Naast imitèrent peu à peu son exemple, à tel point que cet oratoire devint un véritable lieu de pèlerinage. A la fin du siècle suivant (1891), les paroissiens naastois se cotisèrent pour élever un oratoire plus spacieux, comme le commémore une plaque encastrée dans l'autel. Cette nouvelle construction est ouverte dans l'axe d'une porte néogothique que surmonte une pierre découpée en creux et marquée. Disposées autour de la chapelle, les sept niches en calcaire portées par une colonne en briques, logent chacune une scène en plâtre peint: nativité, fuite en Egypte, Jésus au temple, portement de croix, crucifixion, descente de croix, mise au tombeau. Pendant la première guerre mondiale, des pierres et des ex-voto furent détruits par des personnes mal intentionnées. Après les événements, les paroissiens procédèrent spontanément à la remise en état de l'édifice, en l'embellissant même. Cette restauration est rappelée par un double chronogramme (1919).

Naast_chapelle

Naast - RAVeL

Il existait autrefois une ligne de chemin de fer (n°114) reliant Soignies à Houdeng. Construite à la fin du XIXè s. en plein essor des carrières, elle désservait les carrières Sainte-Barbe et du Perlonjour.
La partie comprise entre Soignies et Naast a été transformée en septembre 2005 en chemin goudronné réservé aux usagers lents. Vous pouvez donc vous y promener sans risquer de rencontrer de voitures. Le tracé a une longueur de près de 2 km.

Naast_Ravel

16:50 Publié dans Promenades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : naast |  Facebook

Soignies - RAVeL

Voici le chemin de promenade du côté de Soignies dans la brume du petit matin.

Naast-Soignies_Ravel matin

28/01/2007

Casteau - Escaliers

Casteau se trouve le long de la nationale vers Mons, à 7 km au sud sud-ouest de Soignies. Contrairement aux 4 villages que nous avons déjà visités, et qui présentent un paysage agricole plus ou moins vallonné, Casteau surprend avec sa vallée de l’Obrecheuil, encaissée, abrupte et verdoyante, qui se prolonge vers Saint-Denis.
Le cœur du village (à l’est de la route), avec son église de la fin du XVIIIè siècle, se trouve sur un promontoire par rapport au quartier des fontaines, en fond de vallée. Deux escaliers impressionnants relient les deux niveaux.
Le côté ouest de la route nationale est une vaste plaine, transformée en camp militaire par l’armée hollandaise en 1825 et par l’armée belge après 1830. Un peu plus loin vers Mons se trouve le complexe du S.H.A.P.E. (Supreme Headquarters Allied Powers Europe).

Casteau_escaliers

Casteau - Rue des combattants

Cette rue fait le tour du centre du village sur son promontoire, avec l’église, le château Missone et une petite placette.
Même si le nom Casteau peut faire penser à un château moyenâgeux, il pourrait renvoyer à un ensemble fortifié remontant soit à la période romaine soit même à l’âge du fer ! On trouve déjà des traces historiques du village datant de 847 alors qu'il était sous la protection de l’abbaye de Saint-Amand. La première église romane a été érigée vers 1150 et Casteau semble avoir été prospère pendant tout le moyen âge.
Le 4 octobre 1349, lors d’une épidémie, une double procession, l’une partant de Soignies et l’autre de Mons réunirent sur le site du camp de Casteau, les reliques des époux Ste-Waudru et St-Vincent, au milieu d’une foule de milliers de personnes.

Casteau_placette

Casteau - Maison typique

Exemple de maison longue et basse, caractéristique des environs.
En 1678, durant la sanglante bataille de Saint-Denis qui fit plus de 4000 morts, les français mirent le feu au village que leur avait enlevé le prince d’Orange. La croix de fer en face de l’entrée de l’église rappelle cet épisode tragique.
L’église contient entre autres œuvres, une statue gothique polychrome de la Vierge en pierre de France, connue sous le nom de Notre-Dame de Casteau.

Casteau_maison blanche

Casteau - Maison des maîtres de Postes

Située au n°25 de la rue des fontaines, cette magnifique maison des maîtres de Postes de l’ancien régime attire le regard.

Casteau_poste

Casteau - Maison en pierre

A proximité immédiate, cette autre maison, presque entièrement construite en moellons de pierre, semble très ancienne.
On peut aussi voir dans le village des fermes du XVIIIè et une ancienne forge à la chaussée de Bruxelles.

Casteau_maison ancienne

Casteau - Moulin de la roquette

Ancien moulin à eau construit en 1789 et mis hors-service en 1951, le moulin de la Roquette jouxte le château des Roquettes et son parc.
Un peu plus loin, en direction de l’église, se trouve la ferme de l’Hosté, bâtie à l’emplacement d’une forteresse médiévale détruite en 1678 et dont il ne subsiste qu’une poterne, la base d’une tour d’angle et un début d’escalier.

Casteau_moulin

25/01/2007

Chaussée-Notre-Dame - Vue générale

Voici une vue hivernale du village depuis une colline avoisinante.

ChausséeND_vue générale

10/01/2007

Chaussé-Notre-Dame - Eglise Notre-Dame

Situé à 8 km à l’ouest de Soignies, le village de Chaussée-Notre-Dame-Louvignies est en fait composé de deux villages qui appartenaient à des territoires différents sous l'ancien régime. A savoir Chaussée-Notre-Dame qui était un fief du Chapitre de Soignies, et Louvignies qui dépendait du Baillage de Silly. Ils sont unis depuis 1805. En 1977, ils fûrent rattachés à la commune de Soignies lors de la fusion.
Le nom de Chaussé-Notre-Dame vient de sa situation sur la chaussée romaine et de la patronne de l’église. Le village a peut-être pour origine un domaine gallo-romain. En 1186, on trouve déjà une trace du nom du hameau: "Calceia Sanctae Mariae". Dès le XIIè siècle, l'abbaye de Cambron y a fait cultiver un important lot de terres et une ferme. A partir de 1296, le Chapitre de Soignies y posséda également un fief. Comme Horrues son histoire se confondit dès lors avec celle de Soignies. Elles ont toutes le même blason.
L’église Notre-Dame, bâtie en gothique primaire avec des moellons de grès à partir du XIIIè siècle, est située juste à côté de la chaussée Brunehaut.

ChausséeND_Eglise

Louvignies - Eglise Sainte-Radegonde

Le village est situé à 1 km à l’écart de la voie romaine. Son nom viendrait du latin lupus (loup). Encadré à l'origine dans la grande forêt de Broqueroie, Louvignies était un fief de la seigneurie de Silly. Le texte le plus ancien qui parle de Louvignies est l'acte de partage de la forêt de Broqueroie en 1194. C’est en 1805 que la commune de Louvignies fut rattachée à celle de Chaussée-Notre-Dame.
L’église en briques de Louvignies date du XVIè s. et son soubassement en pierres provient d’une construction antérieure. La tour a été érigée en 1738.

Eglise_Louvignies