21/08/2006

Grand Place - Vue vers l’ouest

Vue sur les maisons du côté nord de la place. Certaines sont récentes, d’autres plus anciennes. Comme les deux cafés au fond de la photo et dont nous parlerons plus loin. Jusqu’au milieu du 19è S., l’hôtel de ville se trouvait au coin de la Grand Place et de la rue Henry Leroy.

Grand Place - Façade nord de la collégiale

On voit ici la collégiale un jour de marché, arborant une rangée de fanions suspendus entre ses tours. Ils sont accrochés chaque année pour quelques jours à l’occasion de la Pentecôte et de la procession Saint-Vincent. On les appelle les "caleçons de Saint-Vincent".
Des maisons se trouvaient jadis accolées à la muraille de l’église. Elles ont étés détruites entre 1875 et 1956.

Grand Place - "La Halle aux draps"

Au fond de la place (côté ouest) se trouvent deux maisons très anciennes. A gauche, le café "Le Heaume" dont la grande porte cochère (non visible sur la photo) devait donner jadis sur une rue rejoignant probablement la ruelle Scaffart. Au milieu, l’imposant café de "la Halle au draps". Cette maison, antérieure à 1600, présente, malgré les transformations successives qu’elle a subies, les traits d’un style pratiquement disparu : entre les pignons de briques, le plan de la façade est fait d’une structure de bois bâtie en encorbellement. Cette maison rappelle l’ancien Soignies, ville de bois et de chaume. L’utilisation de devantures à pans de bois (colombages) est attestée dès le moyen-âge.
Pour ce qui est du nom de la maison, on peut rappeler que c’est au XIVè S. qu’apparaît la draperie. On tisse à Soignies des draps de différentes couleurs et, à partir du Xvè S., du "demidrap". En déclin au XVè, la draperie sonégienne ne résistera pas aux guerres de religion.

Rue du Lombard - Maison de coin

La rue du Lombard relie, en montant abruptement, la place Verte à la Grand Place. Avec la rue Léon Hachez, qui monte et tourne aussi, elle permet de se rendre compte à quel point la collégiale est construite sur une hauteur par rapport à la Senne qui coule à ses pieds.
Cette maison se trouve au deuxième coude que forme la rue.

Rue du Lombard - Côté rue de la Régence

A gauche, en briques rouges (mais je ne parle pas du bâtiment moderne qu'on aperçoit en arrière-plan), la même maison de coin que sur la photo précédente. A sa droite, la maison du vicaire qui date de 1767. Elle est située juste en face du porche de la collégiale. C’est un exemple parfait de l’architecture de type tournaisien. Avec son alternance de séries horizontales de briques et de pierres bleues encadrant les baies. Plusieurs de ces pierres portent la marque DP des carrières Pierre Depretz. La porte et son encadrement décoré avec raffinement sont de style Louis XV. Cette combinaison "style tournaisien - style Louis XV" est fréquente à Soignies.

Rue du Lombard - Office du tourisme et maison du CPAS

J’ai peu de précisions sur la maison de gauche, qui abrite l'office communal du tourisme de Soignies. Si vous venez visiter la ville, on vous y accueillera et conseillera avec le sourire.
Celle de droite abrite les bureaux du C.P.A.S. Elle est la plus ancienne maison dont le millésime est connu avec certitude (1563). C’est une belle bâtisse présentant un imposant volume sous un vaste toit en bâtière, qui a été transformée dans le passé (probablement vers 1800) et restaurée dans la 1ère moitié du XXè siècle puis encore, récemment. Les cordons de briques (entre le rez, l’étage et la corniche) sont d’origine.

02/08/2006

Rue de Mons

C’est la rue commerçante de Soignies. Celle où il fait bon flâner en admirant les tours de la collégiale qui se rapprochent quand on vient de la rue de la station. Tout en se réjouissant à l’idée d’aller boire un rafraîchissement à une terrasse au bout de la rue ou à la place verte…

Rue de Mons - Le "corps de garde"

Cette maison date de 1652 ou avant encore. Elle servit de «Grande Ecole» et de «Corps de garde» (sorte de bureau de police) dans le courant des 17è et 18è S. Cette construction est assez représentative de l’architecture de l’époque, malgré les modifications dont elle a bénéficié.

Rue de Mons - Maison en pierre bleue

Cette maison de la première moitié du XVIIIè possède une façade entièrement réalisée en pierre bleue taillée dans le style classique montois, décorée de panneaux géométriques (dont la forme varie à chaque étage) et de masques sculptés. Des cordons moulurés marquent les niveaux et les ouvertures de fenêtres cintrées sont frappées d'une clé. On retrouve dans ce style le souci de rigueur et de symétrie du style Louis XIV, qui n'est pas représenté dans l'architecture sonégienne. 

Rue de Mons - "la maison"

Cette belle maison blanche, qui dut être la banque du Hainaut si l’on en croit l’enseigne gravée dans la façade, est maintenant divisée en commerces et en appartements. Les sonégiens se souviennent de l’époque récente où tout le bâtiment était un seul magasin d’ameublement et de décoration, « la maison ».

Rue de Mons - Gargouilles du monde

Cette fontaine récente (1998) a été dessinée par Hughes Sirault puis taillée par Eddy Depretz. Chaque tête rondouillarde représente un continent et est réalisée avec une finition différente. Plusieurs tailles traditionnelles sont présentes : meulé, bouchardé, adouci bleu et taille en damier. C’est un vrai hommage au savoir-faire des tailleurs de pierre de la région. Sur la photo, c'est l'hiver et la fontaine ne fonctionne pas.

Rue des orphelins

Cette maison d’aspect très rustique se trouve dans la rue des orphelins, petite rue reliant la place Van Zeeland à la rue de Mons et abritant encore d’autres maisons intéressantes. Les orphelins étaient accueillis et pris en charge par la communauté urbaine dans le cadre d'une vieille institution ayant ses bâtiments dans cette rue. Ce bâtiment, reconstruit au XIXè S., a été remplacé depuis par les constructions de l'Institut technique.